Salade de riz candidose

Salade de riz candidose : on termine la série des salades pour l’été ! Si vous avez raté les autres, hop, les voici : salade de pommes de terre candidose, et salade de pâtes candidose.

Je parle de salades candidose, mais bien sûr, si vous êtes « simplement » sans gluten ni produits laitiers, ces recettes vont aussi vous plaire, et vous rendre de grands services : vous allez vous régaler sans passer tout votre temps aux fourneaux, et sans souffrir de mauvaise digestion !

Conception de la salade de riz candidose : comment créer un repas digeste (et ok en candidose)

Comme les 2 dernières fois (avec la salade de pomme de terre et la salade de pâtes…), je vais vous expliquer comment il faut construire un repas digeste pour la candidose et les dysbioses.

La répétition fixe la notion 😊, alors c’est parti, on répète, et après, ce sera ancré à vie pour tous vos repas (et oui car ça ne concerne pas que les salades complètes) :

  • simple : pas trop d’ingrédients
  • digeste : des ingrédients digestes (on évite notamment les légumineuses, excès de crudités, produits très fermentés…)
  • équilibré mais complet : féculent, protéine, légumes, lipides et un peu de crudités si possible (si la digestion le permet)

Là vous allez voir, tous les critères sont remplis, on a que 5 ingrédients (qui dit mieux ???), et on se REGALE !!!!!!! Vous me croyez pas, je le comprends… testez et laissez-moi un commentaire 😊

Choix de la protéine : du maquereau !!!

Alors en fait, l’histoire de cette salade commence avec ça : du maquereau !!! Pourquoi ? Et bien parce que le maquereau c’est TREEEEES riche en oméga 3, et des oméga 3, ils nous en faut, beaucoup même. « On » n’en mange pas assez : ça y’est on nous le rabâche, à la télé, à la radio, les médecins sont au courant, bref, des oméga 3, on en veut.

Pour le cerveau, pour la peau, pour la bonne santé hormonale (au revoir SPM et règles douloureuses) et en fait pour tout le corps puisque les lipides, c’est ça qui constitue nos membranes cellulaires, donc de la qualité de vos lipides alimentaires dépendent les échanges entre vos cellules et leur milieu : peuvent elles bien récupérer des nutriments nécessaires à leur fonctionnement et peuvent elles « jeter » leurs déchets pour évacuation ?

Donc : c’est très important de consommer des oméga 3 pour toute votre santé.

Et malheureusement, les oméga 3, quand ils sont d’origine végétale, on les assimile très mal, voire pas du tout. Théoriquement : on les assimile, en pratique : nada. Il faut un système digestif en super forme pour les assimiler un peu, et même là, les avis divergent pour l’instant : est-ce qu’on en absorbe au final 20 % ? 10% ? 5% ou 1% ? …

Donc mon conseil pour mes clients candidose et dysbiose, et même pour tout le monde en fait : consommer des oméga 3 d’origine animale.

Alors oui il y en a dans le saumon et le thon, beaucoup même, problème : ces 2 grands poissons sont riches en métaux lourds. Et ça c’est un gros souci car les métaux lourds, entre autres méfaits, inactivent vos enzymes de digestion, pour quelqu’un qui digère mal, ben, c’est pas terrible. Mon conseil est donc de ne pas en consommer plus de 2 ou 3 fois par mois, aïe.

Bon alors comment on fait ? Et bien on consomme les autres poissons gras, j’ai nommé :

  • la truite : humm, facile avec des pâtes et des courgettes, un peu de crème végétale, je mange ce repas toutes les semaines ! Avec quelques variantes bien sûr : blettes, épinards ou brocoli, crème végétale remplacée par de l’huile d’olive, pâtes de riz ou de sarrasin, ajout de pignon de pin ou de noix… voici des inspirations : pâte à la truite et aux blettes, pâtes à la truite, aux courgettes et aux noix
  • la sardine : alors là je dois vous le dire, à la base je la déteste. Mais à force de dire à tous mes clients de manger de la sardine, euh, comment dire, j’étais mal à l’aise. Enfin, certains adorent et je me disais : quelle chance pour leur santé ! Et d’autres détestent et je disais bon ben je vous comprends. Mais alors on fait quoi ? On avale des gélules d’oméga 3 ? Bon pourquoi pas mais c’est dommage étant donné la quantité de gélules qu’on prend déjà en candidose (soutien du foie, combler les carences, rotation des antifongiques, gestion des symptômes, puis les probiotiques,… et j’en passe !). Alors voilà, j’ai prié longtemps pour des solutions 🙏🙏🙏 et j’en ai trouvé une magnifique, qui me fait manger des sardines avec grand bonheur toute les semaines >>> rillettes de sardines freecocotte (en plus, c’est très simple en fait). Testée et approuvée par des grands détesteurs de sardines que j’ai « floués » car je n’ai pas dit que c’était de la sardine. J’aime pas faire ça, mais de 1) ça c’est fait naturellement, ils ont demandé à gouter voyant que ça avait l’air bon. 2) je l’ai fait pour la cause candidose😉
  • le hareng : euh bon ben là j’attends vos recettes, j’avoue que je m’y suis pas encore mise.
  • le maquereau : encore plus d’oméga 3 que la sardine (2 fois plus quand même !) c’est top ! Et là niveau saveur, bon, c’est un peu fort tout de même. Pour quelqu’un qui n’aime pas trop le poisson, hum, pas simple, un peu comme la sardine. Alors alors que faire ? Et bien il faut le cuisiner ce petit maquereau. Et c’est ce qu’on va faire aujourd’hui ! Je vais cous expliquer…

Pour vous faire manger du maquereau : on va mettre du pesto*

*végétalien

Si comme moi vous n’êtes pas fan du maquereau, ou si vous n’en avez jamais mangé, il faut avoir le réflexe suivant : l’émietter à la fourchette, et l’assaisonner.

Et c’est comme ça que j’ai eu l’idée d’utiliser du pesto (végétarien, généralement simple à trouver en supermarchés et magasins bio). Le pesto est fort, et si jamais vous n’appréciez pas spécialement le goût prononcé de poisson que peut avoir le maquereau, et bien avec le pesto, ça ira tout seul. Promis.

Je me suis REGALEEEEE avec cette salade, alors qu’à la base, je suis bien incapable de manger un morceau de maquereau « comme ça » sur du pain.

De toute façon, comme vu dans la précédente recette (salade de pâtes) : quand vous construisez un repas candidose, ayez toujours le réflexe suivant : j’agrémente/assaisonne comment ?

Au delà des nutriments : féculents, protéines, légumes cuits, lipides et crudités, il vous faut des saveurs. Et là où d’habitude on utilise énormément de fromage (dans les salades, quiches, pâtes, en fait regardez les sites de recettes : il y a du fromage partout !), de la crème fraiche, du vin, de la sauce tomate, … et bien nous on va être coincé avec la candidose.

Donc on va rien mettre de tout ça, mais au risque d’être fade. Alors chaque fois qu’on fait un plat, il faut y penser : on ajoute soit un oléagineux, soit des graines (courge ou sésame sont digestes), soit des olives, de la crème végétale, des épices, des herbes, du lait de coco…

Un autre article apprécié par mes lecteurs en ce moment :   Live Questions/Réponses Candidose et Dysbiose

Mais attention, du coup, quand on ajoute des éléments gras, et bien, on le prend en compte. C’est assez simple, regardez la composition de votre produit, et prenez-le en compte dans votre plat avec les infos suivantes :

  • il faut consommer environ 2 cs de lipides (30 g) par repas principal (et 1 cs au petit déj)
  • 1 cs de lipides = 15 g de lipides = 15 mL d’huile
  • … 15 g de lipides c’est aussi 1/2 avocat
  • ou encore 30 g d’oléagineux
  • ou encore 50 g d’olives noires dénoyautées, ou encore 100 g d’olives vertes (oula ça ferait beaucoup 😂)
  • et généralement 15 g de lipides c’est 100 mL de lait de coco ou 300mL de crème végétale (vérifier la section « lipides » sur votre produit, tout simplement…)

Concernant le pesto, c’est environ 40 g de lipides pour 100 g. Dans cette recette on en met 100 g pour 2 personnes, soit 20 g de lipides par personne, sachant aussi que le maquereau est un poisson gras (d’où sa richesse en oméga 3), on est bon niveau lipides, rien à enlever, rien à ajouter !

Bref, ne faites pas comme moi au début de mon régime candidose : alors je vais faire une salade et je vais ajouter de l’avocat, des olives, de la mayonnaise et des noix. Ah ben, vive le foie gras et les migraines !

Choix des autres éléments : féculent, légumes cuits, crudité

La suite, c’est du détail, ou pas.

Disons que j’étais sure d’avoir une bonne base avec cette association maquereau-pesto, j’aimais bien ce concept parce que je savais que ça allait matcher niveau saveurs et que ça nous aiderait vous et moi à manger du maquereau.

Là je me suis dit, j’ai fait une salade de patates, j’ai fait une salade de pâtes, bon ben pour le féculent, on part sur du riz alors, ça coule de source ? Vous me direz on aurait pu choisir le quinoa ou le sarrasin. Et c’est là que je dis non.

On est quand même sur une base originale avec le maquereau-pesto, alors quand c’est ça on fait profil bas sur le reste sinon on risque d’avoir de trouver ça trop bizarre et de ne pas se régaler. Alors le riz qui est plus neutre me semblait parfait.

En plus riz-maquereau ça fait penser à riz-thon donc salade niçoise donc on retrouve des saveurs connues et ça c’est bien pour flatter nos papilles avec quelque chose de nouveau mais pas trop.

Ensuite ensuite, je suis partie sur le concombre pour la crudité, là aussi pour son côté assez neutre qui me semblait parfait avec le pesto et le maquereau. Le côté rafraichissant aussi me semblait se marier très bien avec le maquereau (pourtant qui voudrait se marier avec un maquereau 😂😉 ? Cela dit je crois que dodo la saumure est marié / a été marié ? Bon, on s’en fout, je m’égare, et cela ne nous regarde pas !).

Alors alors, il ne nous manque plus qu’un légume. Et là j’ai mis un peu de temps mais je crois que j’ai fait le bon choix : des cœurs d’artichauts !!! Ils vont super bien dans cette recette, et puis de toute façon c’est super bon non ? En tout cas moi qui aime l’Italie (qui ne l’aime pas ?), j’en ai beaucoup mangé là bas, et donc pesto-artichauts je l’avais jamais fait mais je me suis dit : banco ! Et oui, ça marche très bien.

Mais là vous vous dites : ben non, ma naturo m’a dit que ce qui est conservé dans du vinaigre ne peut pas être mangé en candidose. Pfffffffff. Aie aie aie. Mais si : rincez-les à la limite, et tout ira bien. C’est pas le peu de vinaigre dans votre petite conserve qui va vous réactiver une mycose ou des maux de ventre.

Bon allez, petit bémol : si vraiment vous réagissez très fort aux levures (rare), peut-être ça pourrait poser un mini problème. Et encore là on a une solution : on trouve des artichauts sans vinaigre (en conserve métallique généralement je crois).

Voilà, donc c’est super délicieux, c’est super simple, et en plus, c’est un légume digeste et super bon pour le foie et les intestins, hum, on l’adore et on en profite.

Et enfin la note sur les quantités

Concernant les quantités, je vous préviens encore comme pour la recette de salade de pomme de terre candidose, et pour la salade de pâtes candidose : vous allez peut-être trouver ça énorme quand la salade sera faite.

Mais : si vous mangez la salade en repas, et que vous n’enchainez pas avec un dessert ou du fromage, ce qui est sans doute votre cas si vous souffrez de candidose, et bien, oui, c’est la quantité à peu près normale pour avoir un apport classique de féculent et de protéines.

Cela dit, et là aussi je me répète, l’alimentation est toujours à individualiser selon votre âge, sexe, activité physique et mentale, selon la saison…

Allez trêve de bla-bla, en cuisine !


Préalable : faire tremper le riz semi-complet 4h ou +, le riz complet 8H ou plus

Préparation : 40 minutes cuissons incluses

Matériel : une casserole, un saladier, une passoire

Ingrédients – Salade de riz candidose (pour 2 en plat principal*)

Si vous souffrez de candidose, je peux peut-être vous aider, cliquez ici si vous souhaitez en savoir +.

Préparation – Salade de riz candidose (pour 2 en plat principal*)

  1. Pour le riz semi-complet, il faut prévoir un trempage de 4H mini avant cuisson, et 8H mini pour le riz complet. C’est important pour qu’ils soient plus digestes et que leurs nutriments soient assimilables.
  2. Porter à ébullition une casserole remplie d’eau pour le riz (environ 2L).
  3. Quand ça bout, égoutter et rincer le riz puis le plonger dans l’eau : surveiller la cuisson, ça dépend du type de riz et de la durée de trempage.
  4. Pendant ce temps, égoutter les artichauts puis les rincer si vous souffrez de candidose pour retirer la marinade au vinaigre (même s’il y a très peu de chance que cela vous pose problème). Couper les en 4.
  5. Egoutter aussi le maquereau puis l’émietter dans un bol ou une assiette.
  6. Préparer le concombre : si vous digérez très mal, retirer les pépins et la peau. Ensuite, couper en petits morceaux (je coupe d’abord en 4 batônnets puis je coupe les batônnets en fines tranches).
  7. Et c’est parti pour le « montage » : disposer le riz avec le maquereau et le pesto dans le saladier, mélanger. Ajouter ensuite le concombre et les cœurs d’artichauts au dessus pour faire joli.

Si vous avez aimé cette recette de salade de riz candidose, si vous l’avez réalisée ou si elle vous a inspirée et que vous l’avez déclinée, vous pouvez laisser un petit mot tout en bas de la page pour partager cela et aider ainsi les autres visiteurs 🙂 Merci ! Juliette

8 réflexions au sujet de “Salade de riz candidose”

  1. Bonjour Juliette,
    Je me permets un post ici, car je viens de tomber (en retard) sur cet article. J’ai un peu banni de mon alimentation la sardine et le maquereau en boite et aussi le hareng fumé car c’était vraiment une galère à digérer. J’ai abandonné.
    Depuis des années, la consigne était d’en manger 3 fois par semaine, mais là ça passe plus. Alors que je digère mieux qu’il y a deux ans (en 2020, au moment du confinement, à bout de force et encore non écoutée par les médecins, j’avais suivi ton programme digestion sereine, depuis la candidose + d’autres trucs aussi ont été diagnostiqués et je suis suivie par un micronut spécialisé, quasi plus de complémentation et presque plus de contraintes alimentaires sauf gluten et lait, mais bon c’est pas encore ça).
    Je sais que je dois prendre soin de mon apport en oméga 3, je pensais remplacer les poissons gras par les huiles et j’ai fouiné dans tes autres vidéos sur le sujet, bref, je te remercie de me rappeler que la truite est aussi un bon apport en omega 3, je vais essayer le maquereau dans sa version fraiche, idem pour la truite même si en fumée, j’ai globalement peu de pb.
    Un GRAND MERCI pour tes conseils et tes recettes qui font partis de mon (notre) quotidien depuis 2 ans. Et j’ai beaucoup transféré le lien de ton site à des amis, famille.
    Carole

    Répondre
    • Bonjour Carole,

      Merci pour ton partage !
      Si les poissons en boite ne passent pas tu peux essayer en les rinçant, et si tu as d’autres symptomes, creuser l’intolérance à l’histamine (enzyme dao et quercétine)

      Belle journée,

      Juliette

    • Ah génial, une fois / semaine : comme moi en ce moment !!! Ca me fait super plaisir de savoir que cette recette vous plait

      Belle journée,

      Juliette

  2. Bonjour,
    Je vous ai découverte sur youtube il ya quelques jours, et là je débarque sur votre site 🤗

    Voila 1 mois que je me sentais de plus en plus mal, ça fait 1 semaine que j’ai comprit que c’était une candidose (ma médecin elle me pense complètement anxieuse/dépressive et m’a gavé de médocs que je ne prendrais pas… hormis le somnifère pour pouvoir redormir 😩)

    En plus de cela j’ai développé à priori une histaminose, les poissons notamment me posent problème (sur le moment je me sens mal, palpitation, hausse du rythme cardiaque) et quelques heures plus tard je fais de la tachycardie nocturne 😩
    Avez vous eu ce problème aussi ?

    Du coup coté poissons c’est uniquement blancs et surgelés…

    Répondre
    • Hum tout à fait d’accord et ce sera plus digeste que en boite 👍👍👍
      Merci pour le partage car tu as bien raison

Laisser un commentaire