Candida glabrata : cousin de l’albicans, similarités et différences

Les infections fongiques appelées aussi mycoses, sont causées par des champignons microscopiques qui peuvent affecter la peau, les muqueuses, les ongles, les organes internes…

Parmi les agents responsables de ces infections, le terme Candida regroupe plusieurs espèces de levures qui vivent normalement dans le système digestif, la bouche, la peau, les parties génitales ! Un peu partout, en fait…

Dans certaines circonstances de plus en plus fréquentes, ces levures peuvent se multiplier de façon excessive et provoquer une candidose (= mycose à candida / infection fongique à candida).

La candidose, ca peut être une infection superficielle (mycose buccale, vaginale, au pied…) ou profonde, selon le site atteint et le degré d’immunité de la personne infectée.

Les candidoses les plus fréquentes sont la candidose buccale et la candidose vaginale (ou vulvaire).

Le plus souvent, elles sont dues à l’espèce Candida albicans, qui représente environ 80% des cas de candidoses vaginales par exemple.

Voir mon article sur les mycoses vulvaire ici.

Mais d’autres espèces de Candida peuvent être impliquées, notamment Candida glabrata, qui est la deuxième ou la troisième cause de candidoses selon les études.

Mon métier est d’accompagner les personnes atteintes de candidose chronique avec la naturopathie. Dans cet article je vais donc rapidement vous parler des signes et les symptômes d’une infection à Candida glabrata, mais bien sur pour la diagnostiquer vous devrez voir le médecin.

C’est aussi au médecin de vous indiquer aussi comment la traiter, mais si les récidives sont nombreuses voire constantes, la naturopathie (avec accord du médecin) peut vous aider à modifier votre terrain et favoriser la guérison et je vais vous en parler dans cet article.

Qui est Candida glabrata ?

Identification de cet agent pathogène

Candida glabrata est une levure qui appartient donc au genre Candida.

Notez que ce « genre » (c’est comme ca qu’on dit) regroupe plus de 200 espèces de champignons microscopiques (mais seulement 6 principaux présent chez l’homme)

Candida glabrata été décrit pour la première fois en 1917 et a été nommée Torulopsis glabrata.

En 1985, elle a été reclassée dans le genre Candida, en raison de sa proximité génétique avec les autres espèces de ce groupe.

La prévalence (présence) du Candida glabrata augmente depuis les années 1990, ce qui est le cas aussi pour le candida albicans.

Pour ma part (mais je ne suis bien sur pas la seule à le penser) je crois que l’utilisation d’antibiotiques dans la santé humaine et animale (produits animaux que vous mangez) laisse beaucoup de place aux candidas… c’est un véritable fléau.

D’ailleurs l’OMS a sorti en octobre 2022 un papier à ce sujet et qui met en lumière les dangers des résistances des levures aux antifongiques.

La présence de plastique, métaux lourds et autres polluants dans nos organismes profitent aussi très certainement aux champignons, plus adaptables que les « bonnes » bactéries.

Différences avec le Candida Albicans

Le Candida glabrata présente plusieurs caractéristiques qui le différencie du Candida albicans, qui est donc la souche la plus fréquente et la plus étudiée.

D’abord, pour vous dire à quel point ils ne sont pas identiques, notez que Candida glabrata est une levure haploïde, c’est-à-dire qu’elle possède un seul jeu de chromosomes, alors que le candida albicans possède 1 paire (2 jeux) de chromosomes comme les humains.

Ca vous fait une belle jambe, mais ca donne une idée du fait qu’ils sont cousins quand même assez éloignés.

Concrètement :

  • Le Candida glabrata est plus résistant aux antifongiques, en particulier au fluconazole, qui est le traitement médicamenteux de première intention des candidoses.
  • Le Candida glabrata a une plus grande diversité génétique que le Candida albicans, ce qui lui confère une plus grande capacité d’adaptation aux changements environnementaux… Or, il faut bien le dire, le candida albicans est déjà de base un être très adaptable 😩
  • il a la capacité de se développer et de se diviser après avoir été ingéré par des cellules immunitaires appelées macrophages
  • il n’a en revanche pas capacité à former des hyphes, cette structure filamenteuse produite par de nombreux champignons

Là aussi cela dit, vous me direz, ca ne vous aide pas beaucoup. J’en arrive aux conseils bientôt.

D’ou viens tu ?

Candida glabrata fait partie de la flore microbienne normale de l’homme et de la femme (système digestif, la bouche, le vagin, la peau ou les muqueuses… )

Il est généralement inoffensif et ne cause pas de symptômes, sauf s’il se multiplie « trop », ce qui peut être du à la « prise d’antibiotiques, le diabète, la grossesse, les contraceptifs oraux, le stress, le port de vêtements serrés ou synthétiques, ou l’hygiène intime excessive. »

C’est ce que vous lisez partout, c’est vrai mais j’ajouterai qu’une mauvaise digestion (flore intestinale déséquilibrée), un déséquilibre hormonal comme de l’hypothyroïdie ou encore une situation post-covid / post-infection, peut entrainer un développement de candida quelque soit son type.

Il est communément indiqué que le Candida glabrata peut se transmettre par contact direct ou indirect avec une personne ou un objet contaminé, peut aussi se transmettre par voie sexuelle

En fait, je ne suis pas trop d’accord, puisqu’il y a du candida glabrata un peu partout, ce n’est pas tellement le sujet. Vous développerez des mycoses que si le terrain est perturbé donc encore une fois : digestion, immunité ou encore hormones déséquilibrées.

Infections à Candida glabrata

Infections génitales : similaires au C. Albicans ?

Les infections génitales à Candida glabrata sont donc des formes de candidoses qui touchent le vagin chez la femme ou le pénis chez l’homme.

Elles sont souvent confondues avec les infections à Candida albicans, c’est là qu’on retrouve des similitudes entre ces 2 genres : les symptômes se ressemblent beaucoup.

Par contre, les symptômes sont généralement plus persistants et plus récidivants.

Cela peut inclure :

  • une sensation de brûlure ou de douleur pendant les rapports sexuels ou la miction
  • une démangeaison ou une irritation au niveau du vagin (intérieur ou extérieur) ou du pénis
  • une éruption cutanée autour du vagin ou sous les plis de la peau du pénis
  • une substance blanche et épaisse sous les plis de la peau du pénis
  • un écoulement vaginal anormal, qui peut être aqueux ou épais et blanc
  • des rougeurs ou un gonflement autour du vagin

Les infections génitales à Candida glabrata sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes.

Infections urinaires

Les infections urinaires à Candida glabrata sont des formes de candidoses qui touchent le tractus urinaire, qui comprend l’urètre, la vessie et les reins.

Elles sont plus rares que les infections urinaires bactériennes, mais elles sont malheureusement plus difficiles à éradiquer.

Elles sont souvent associées à la présence d’un dispositif médical, comme un cathéter ou une sonde, qui peut introduire le champignon dans le tractus urinaire.

Un autre article apprécié par mes lecteurs en ce moment :   Mycose buccale : traitement bicarbonate ?

Elles sont du coup plus fréquentes chez les personnes âgées, les personnes diabétiques, les personnes immunodéprimées, les personnes hospitalisées ou les personnes ayant subi une intervention chirurgicale. Mais elles peuvent aussi être liées à la prise d’antibiotiques

Les symptômes des infections urinaires à Candida glabrata peuvent être absents (ou discrets) mais quand ils sont présents, ils peuvent inclure :

  • une fréquence ou une urgence urinaire (très envie de faire pipi et souvent)
  • une sensation de brûlure ou de douleur pendant le pipi
  • une douleur dans la région pubienne
  • une démangeaison au niveau de l’urètre
  • la présence de sang dans les urines

Mycose buccale

Les symptômes courants de la mycose buccale à Candida Glabrata peuvent inclure :

  • Une sensation de brûlure ou de douleur dans la bouche
  • Une sensation de coton à l’intérieur de la bouche
  • Des difficultés à avaler ou à manger
  • Une perte de goût
  • Des rougeurs aux coins de la bouche ou à l’intérieur de la bouche
  • Des taches blanches crémeuses dans la bouche ou sur la langue qui peuvent saigner au toucher

Là aussi, ca ressemble tout à fait à une mycose buccale à candida albicans…

Candida glabrata : traitement médical

Je commence en vous disant qu’il est toujours primordial de consulter un médecin pour recevoir un diagnostic et un traitement adapté.

Je vous indique aussi, avant de détailler les médicaments anti-mycose, que je ne fais pas partie du corps médical, je parle donc ici des médicaments juste à titre de partage mais tout cela sera à voir avec le médecin et le pharmacien.

Prélèvements et tests de laboratoire

Pour diagnostiquer une infection à Candida glabrata, le médecin vous fera sans doute effectuer un prélèvement du site infecté, comme le vagin, la bouche, ou l’urine…

Le prélèvement est ensuite envoyé à un laboratoire, où il est mis en culture.

Après quelques jours, le laboratoire peut identifier le type de Candida présent dans le prélèvement : c’est comme ca que certaines personnes savent qu’elles sont atteintes de candida glabrata.

Le laboratoire peut également réaliser des tests de sensibilité aux antifongiques, qui permettent de déterminer quels médicaments sont efficaces contre le Candida isolé.

Ces tests consistent à exposer le Candida à différentes concentrations d’antifongiques et à mesurer l’inhibition du champignon.

Le résultat est exprimé en « concentration minimale inhibitrice (CMI) », qui correspond à la plus faible concentration d’antifongique capable d’empêcher la croissance du Candida. Plus la CMI est élevée, plus le Candida est résistant au médicament… 😤

Candida Glabrata : traitements antifongiques classiques

Le traitement médical du Candida Glabrata repose sur l’utilisation d’antifongiques, des médicaments qui tuent ou empêchent la croissance des champignons. On pourrait dire qu’il existe deux types d’antifongiques : les antifongiques locaux et les antifongiques oraux. Parfois (souvent même), le médecin combinera les 2.

Les antifongiques locaux se présentent :

  • sous forme de crèmes, d’ovules ou de comprimés vaginaux quand il s’agit de mycose vaginale : molécules éconazole, fenticonazole (lomexin), sertaconazole (monazol)
  • sous forme de crème pour les mycoses génitales chez l’homme ou potentiellement les mycoses sur le peau : même molécules à ma connaissance
  • et pour les mycoses buccales, il s’agit de bain de bouche, le fungizone généralement en France (amphotéricine B)

Les antifongiques oraux se présentent sous forme :

  • de comprimés à avaler, à base de fluconazole ou plus rarement à ma connaissance d’itraconazole.
  • de suspension buvable avec la molécule nystatin

Comment j’accompagne les infections à Candida glabrata

Travailler le terrain

Face à la résistance aux traitements, il peut être nécessaire, comme évoqué plus haut, d’ajouter des stratégies naturopathiques pour modifier votre terrain, il s’agira de :

  • optimiser le système immunitaire par la prise de compléments alimentaires, notamment la vitamine D et C
  • lutter contre les toxiques et les métaux lourds notamment avec de la chlorella
  • soutenir la digestion notamment le foie, l’estomac puis soutenir avec des probiotiques dans un second temps
  • cela passera pas un régime alimentaire très sain, bien mastiqué et sans grignotage
  •  soutenir la thyroïde pour l’équilibre hormonal
  • appliquer des solutions antifongiques naturelles en local : comme vu plus haut avec
  • travailler la gestion du stress chronique, du sommeil, pour stimuler l’immunité

Mes conseils pour les mycoses buccales à C. Glabrata

Les solutions naturelles qui peuvent grandement vous aider à éviter les récidives sont partagées dans l’article ci-dessous. Les bains de bouches qui y sont proposés sont des antifongiques qui sont tout à fait efficaces sur le C. Glabrata :

Mes solutions naturelles : bains de bouche efficaces 

Testez et donnez moi des bonnes nouvelles en commentaire ! 😊😊😊

Mes conseils pour les mycoses génitales à C. glabrata

Reportez vous aux articles suivants :

Et le nerf de la guerre (ne pas faire seul.e) : les antifongiques

Et bien sur : il va falloir attaquer avec des antifongiques naturels, en choisissant ceux qui sont cités dans les études scientifiques qui cherchent des solutions anti Glabrata, voici les principaux :

  • berbérine
  • allicine
  • argent colloïdal
  • huile essentielle d’origan ou de sarriette des montagnes
  • lapacho
  • extrait de pépin de pamplemousse
  • neem

🛑 ATTENTION prendre des antifongiques, même naturels, ne se fait pas à la légère. Il y a des effets secondaires possibles il faut trouver le bon dosage, la bonne durée, savoir varier pour éviter les résistances, préparer le foie…

Vous devez faire cela avec un naturopathe spécialisé et/ou un médecin fonctionnel (ces médecins connaissent très bien les candidoses)

Un médecin fonctionnel pourrait combiner/alterner médicaments et antifongiques naturels, c’est intéressant !

Conclusion

Candida glabrata est une levure qui peut causer des mycoses génitales, urinaires, buccales chez l’homme et la femme.

Il est malheureusement plus résistant aux antifongiques, notamment au fluconazole, que les autres candida de manière générale.

Le diagnostic d’une infection à Candida glabrata est basé sur un prélèvement, qui est mis en culture et testé pour sa sensibilité aux antifongiques.

Candida glabrata est une espèce relativement « émergente », qui je pense, pose un défi majeur pour la santé publique, comme bien d’autres candida (albicans, auris, notamment) 😕

Si vous êtes confronté.e à des infections chroniques au C. glabrata, je peux vous aider à mettre en place la partie naturelle de votre stratégie de lutte.

Consultez :

Laisser un commentaire

Recevez mes meilleures Recettes CANDIDOSE