Pourquoi mes recettes sont différentes ?

  •  
  •  

Les recettes FreeCocotte répondent à un cahier des charges très précis et vous devriez peut être lire cette page pour mieux comprendre mes recettes !

J’inclus toujours des légumes, des féculents et des protéines, en proportions parfaites pour votre santé MAIS JAMAIS AU DETRIMENT DU GOUT. Je me permets d’insister sur ce point parce que sur le papier, quand on annonce “alimentation & naturopathie”, on peut en faire fuir plus d’un !!! Mais je vous prouve au travers de mes recettes qu’on peut manger sainement avec gastronomie !

Mais ce n’est pas tout, voici les autres principes que FreeCocotte s’est imposés pour vous livrer des recettes parfaites…

Toutes les recettes sont adaptées au régime sans gluten et sans produits laitiers

Le gluten n’est pas un poison, les produits laitiers non plus. Pourtant, leur surconsommation (pain et lait le matin, sandwich et fromage le midi, pâtes et crème fraîche le soir !) peut entraîner des intolérances qui sont à la source de nombreuses pathologies.

Par ailleurs, cette consommation massive a entraîné des modes de production intensifs qui perturbent la flore intestinale (manipulations génétiques du blé, pasteurisation du lait, pesticides du blé, antibiotiques dans le lait…).

Ainsi, nous sommes nombreux à ne pas très bien digérer le gluten et / ou les produits laitiers. Or, la maldigestion est source de tous les maux ! Les molécules produites par une digestion incomplète se retrouvent en circulation dans le sang, entraînant un processus inflammatoire qui pourra impacter le système ORL, la peau, les articulations, le système nerveux… Le foie est surmené, le système immunitaire perturbé et les intestins fatiguent, tout votre corps est impacté ! L’esprit également via les glutéomorphines et caséomorphines …

Ainsi, en tant que naturopathe, nous sommes souvent amenés à conseiller aux clients de réduire au moins temporairement leur consommation de gluten et de produits laitiers (2 à 3 fois /semaine, ou moins selon les cas). Et ce n’est pas simple ! C’est pourquoi je ne propose que des recettes adaptées aux régimes sans gluten ni produits laitiers. Après, libre à vous d’utiliser des pâtes classiques, des crèmes fraîches classiques, du beurre et tout autre aliment si vous le souhaitez !

Nutrition : l’excès nuit en tout ! La carence aussi !

  • Les féculents : sont présents dans chaque plat, mais si possible en quantité limitée. Nous avons besoin de glucides, pas question de s’en passer malgré ce que prônent certains régimes draconiens. Par contre, nous en consommons beaucoup trop en en faisant l’aliment de base d’un repas : sandwiches, grosses assiettes de pâtes… Chez FreeCocotte autant que possible, nous abaissons la quantité de glucides à environ un tiers de l’assiette, sans altérer votre plaisir (promis !). On veille en fait à garder un indice glycémique faible pour votre repas, c’est à dire que votre taux de sucre dans le sang ne va pas augmenter trop fort après le repas. Et ça, c’est primordial pour votre énergie, votre équilibre hormonal, votre système immunitaire et votre santé à long terme! Si vous voulez approfondir le sujet des féculents, j’ai une page consacrée aux glucides.
  • Les protéines sont présentes dans chaque plat principal. Quelle quantité de protéines et quelles protéines consommer ? Là aussi le sujet fait débat avec le mouvement vegan notamment. Et comme pour les féculents, il y a généralement trop de protéines animales dans l’alimentation occidentale. Pourtant, les carences protéiques sont de plus en plus nombreuses avec à la clé fatigue, système immunitaire affaibli, envies de sucre, fringales, difficultés à se concentrer… (de plus en plus de végétaliens témoignent de leur retour à un régime omnivore à cause de la dégradation de leur santé…). Le foie souffre aussi beaucoup du manque de protéines, dont il a besoin pour fonctionner. FreeCocotte vous propose donc des recettes contenant toujours une portion de protéines, végétales ou animales. Des protéines animales…? Ce n’est pas trop dans l’air du temps, alors j’explique pourquoi j’en inclus dans mes recettes sur la page Pourquoi des protéines animales? Vous pouvez aussi consulter ma page nutrition sur les protéines pour vous informer sur nos besoins protéiques.
  • Les légumes ont gagné la bataille de l’assiette ! Chez FreeCocotte, ils constituent la majeure partie de l’assiette, mais ça ne se “voit” pas car ils sont parfaitement intégrés dans des recettes gourmandes. Par exemple, l’oignon et l’ail sont souvent présents, 2 aliments qui sont à la fois très gastronomiques et incroyablement bons pour votre santé. Ne soyez donc pas surpris des quantités de légumes dans mes recettes, peut-être qu’en préparant ca vous paraîtra beaucoup, mais vous verrez une fois dans l’assiette qu’on a pas du tout l’impression d’en avoir trop (mes recettes sont approuvées par de vrais épicuriens pas forcément fans de légumes!! )
  • Et on mange des bons gras !  Tout le monde a déjà entendu parlé des oméga 3, 6, 9, des bons acides gras insaturés, mono-insaturés, poly-insaturés, EPA/DHA, et des mauvais acides gras trans hydrogénés ou partiellement hydrogénés. Tout ça est un peu compliqué à expliquer dans les détails, et si vous voulez plus d’infos, vous pouvez consulter ma page Les lipides. Pour résumer : FreeCocotte intègre dans les recettes des lipides de grande qualité et de façon équilibrée (Oléagineux, huile d’olive, huile de colza, avocat, poissons et fruits de mer…). En revanche, je ne peux que vous conseiller de vous supplémenter en EPA/DHA en cure de 3 mois/an (possibilité de la renouveler 1 ou 2 fois/an) car nous sommes tous carencés (sauf peut-être si vous mangez depuis toujours des petits poissons gras 3 fois /semaine!).

Les cuissons : attention à la toxicité 

  • Tout d’abord je ne peux que vous recommander d’éviter les ustensiles de cuisine avec revêtement anti-adhésif. Il est régulièrement démontré que des composés toxiques s’en détachent (neurotoxicité, cancer…). Utilisez des ustensiles de cuisson en inox 18/10 ou encore en fonte (plus délicat à utiliser mais ca donne une cuisson intéressante pour les saveurs et la texture). Evitez aussi le plastique pour conserver des plats chauds! Et pour le four, choisissez du papier cuisson non blanchi (exemple ici).
  • Ensuite, on privilégie quand c’est possible gustativement, les cuissons douces. Le top d’un point de vue santé est la cuisson à la vapeur douce, c’est à dire sans fermer la cocotte minute (pas de “pression”). La cuisson à la vapeur “classique” est certes diététique d’un point de vue calorique, mais elle ne préserve pas bien les nutriments et fait grimper l’indice glycémique!
  • Enfin, point absolument central : seules 4 huiles sont utilisables en cuisson !! L’huile d’olive, l’huile de coco (toutes 2 très bonnes pour la santé) et l’huile de tournesol oléique ou l’huile d’arachide (pas d’intérêt nutritionnel mais goût neutre). Les autres huiles sont à exclure, et à conserver au frigo! Encore une fois pour plus d’infos, consultez ma page sur les lipides : tout savoir pour votre quotidien !

Faire simple, autant que possible (c’est à dire jamais au détriment du goût !) 

  • Le matériel : un extracteur de jus? Une yaourtière? Une sorbetière? Vous n’avez rien de tout ça? C’est pas grave, bien au contraire. Chez FreeCocotte on n’aime pas le matériel qui prend de la place dans la cuisine pour être utilisé une fois par an (et finir à la déchetterie) ! Voici la liste du matériel avec lequel vous pourrez briller en cuisine, en tout cas, ça constitue le matériel que j’utilise, ni plus, ni moins :
    • un mini-hachoir type “valentin” de chez Seb (vraiment nécessaire pour les cuisiniers sans gluten/sans lactose! qui doivent remplacer les sauces notamment)
    • un robot plus gros multifonction qui tranche/râpe/mixe et fait blender
    • un mixeur plongeant
    • un presse-ail (sinon, écrasez à la main! c’est moins bien, je vous conseille “d’investir”, bien grand mot car c’est pas bien cher)
    • un faitout en inox (cuisson pâtes etc), 2 casseroles inox, 1 poêle inox, une cocotte en fonte (à défaut, utilisez le faitout), une cocotte minute (même si je l’utilise sans fermer le couvercle, donc un cuit-vapeur serait idéal…)
    • une balance précision : la cuisine sans gluten ni produits laitiers est une cuisine exigeante qui nécessite de pouvoir peser précisément, les farines notamment. C’est donc absolument nécessaire pour réaliser le pain, les pâtes à tarte, et aussi pour les produits laitiers végétaux. Je vous conseille vraiment d’en avoir une chez vous. Ça prend peu de place et coûte environ 20 EUR.
    • une passoire fine (mais relativement grande si vous cuisinez pour 4), afin de pouvoir égoutter le quinoa et le riz par exemple.
  • Les ingrédientsmême principe, on a tous renoncé à une recette en lisant la liste des ingrédients et en constatant qu’il nous manque des ingrédients exotiques, et qu’on ne sait pas si on va les trouver dans notre magasin le plus proche! Et si on persiste, une fois qu’on l’aura mise cette cuillère à soupe de dashi, et bien la bouteille va traîner là jusqu’au prochain déménagement, ou bien elle finira à la poubelle… bien-sûr la cuisine gastronomique nécessite pas mal d’ingrédients, et d’épices. Mais essayons de ne pas chercher trop de complications…
  • Les cuissonsquand c’est possible on optimise les cuissons, on peut par exemple faire cuire certains légumes dans la même eau que les pâtes ! Avec un peu de rigueur sur les durées de cuissons, ca se passe très bien, on a moins de vaisselle et on gagne du temps !

Encore un peu de nutrition : les perdants. 

Certains aliments ne sont pas recommandés, de manière générale, ou dans certains régimes, et sont évités autant que possible dans les recettes :

  • Les tomates : j’en utilise peu car les tomates sont très acides et inactivent l’amylase salivaire, enzyme essentielle à la digestion de l’amidon contenu dans les glucides. Cela entraîne une mauvaise digestion du bol alimentaire tout du long du tube digestif (aigreurs, ballonnements, ralentissements digestifs, fatigue) et accroît le niveau d’acidité de notre corps, ce qui est un vrai fléau (voir cet article que je trouve très complet pour + d’infos)! Quand je vois au supermarché que le stand tomates prend autant de places que tous les autres légumes réunis, je comprends mieux pourquoi elle pose de plus en plus de problème (l’excès nuit en tout!!). D’ailleurs quand on sélectionne “Légumes” sur la balance, on arrive à 2 menus : tomates/autres légumes! Bref, on dirait que la tomate est une base de notre alimentation et diminuer sa consommation est complexe. Et pourtant chez FreeCocotte nous relevons le défi avec succès. Consultez par exemple la recette pour remplacer la sauce tomate, et le chili con carne sans tomate !
  • Le sucre et les fruits frais : je crois que tout le monde sait qu’on mange trop de sucre… donc les recettes proposées en limitent au maximum l’utilisation. Par ailleurs les fruits frais sont à consommer en dehors des repas, au goûter (exception pour la banane qui peut être consommée dès le petit-déjeuner, et après un repas, car elle n’est pas acide), donc pas de salade sucrée salée avec des fruits frais sur FreeCocotte. Idem pour le melon, la pastèque et le concombre qui sont indigestes s’ils sont consommés avec d’autres aliments, même d’autres fruits !
  • Le maïs est à éviter car réduit en farine, il a un indice glycémique élevé. Je l’exclue aussi autant que possible parce que le Dr Seignalet signale dans ses travaux que les protéines du maïs sont pro-inflammatoires comme le gluten et les protéines des produits laitiers (caséine, betalactoglobuline). Le maïs est aussi largement “contaminé” par les OGM, c’est à dire qu’à priori, à part le maïs bio, les produits à base de maïs contiennent une part non négligeable d’OGM.
  • Le soja : je l’utilise environ une fois par semaine (surtout la crème de soja), et quand c’est possible je l’évite parce qu’il y a pas mal de personnes qui y sont intolérantes, et que j’ai un doute sur le fait qu’il puisse être mauvais pour la santé si on en consomme trop. Les asiatiques en consomment pas tant que ça, en quantité, et je pense qu’il ne faut peut être pas en abuser. Les travaux de recherches se contredisent, on a observé des bienfaits sur le cancer du sein dans certaines études, mais on note aussi des dérèglements hormonaux handicapants chez certaines personnes qui en consomment beaucoup (végétariens notamment). Je suis pour le principe de précaution, et c’est pour ça que je ne cuisine pas beaucoup le soja. Vous pouvez lire cet article technique et documenté pour vous éclairer sur le sujet.

Recevez GRATUITEMENT des idées de recettes saines, préparées en 5 MINUTES avec 5 INGREDIENTS