candidose intestinale naturopathie
Candidose

Candidose intestinale et naturopathie : mon parcours

  •  
  •  

Comme je l’explique dans ma page Qui suis-je, j’ai souffert de candidose intestinale pendant plusieurs années. Grâce à la naturopathie, je suis maintenant guérie, mais ça a pris plusieurs mois, voire années (tout dépend de quand on situe la guérison !).

Pour moi c’était cystites, troubles digestifs permanents, migraines, mycoses, brouillard mental, fatigue, infections ORL à répétition, acné, et j’en oublie tellement ! J’étais passée par la case Antibiotiques sur plusieurs mois (pour l’acné) + Roaccutane quelques années avant, et apparemment, j’avais détraqué ma flore intestinale …et ma santé en général.

La médecine conventionnelle ne m’a pas aidée, j’avais un médicament pour chaque symptôme et cela amenait son lot d’effets secondaires, entraînant d’autres prescriptions de médicaments ou d’examens médicaux qui ne révélaient rien. C’est comme ça que j’en suis venue à la naturopathie, car j’en ai passé du temps à me documenter pour me soigner, et puis c’est devenu une passion, puis une formation, et enfin un métier !

Et quand je vois les témoignages, sur Facebook notamment, de personnes qui souffrent encore et sont perdues parmi tous les compléments, restrictions alimentaires et autres conseils… ça me rappelle vraiment ma situation il y a quelques années ! On est parfois totalement désemparé, désespéré.

Alors je me dis que maintenant je dois partager autant que possible les clés qui m’ont permis de combattre le candida albicans. Je vais tenter aujourd’hui de résumer de manière très synthétique ce qui a marché pour moi, mais je pourrais en parler pendant des heures ! Et c’est d’ailleurs ce que je fais dans mes vidéos et sur les articles 🙂 il ne s’agira donc ici que d’un petit résumé, avec des liens vers mes autres publications !

Je mets ici en lien d’autres posts sur la candidose qui pourraient vous intéresser et qui ne sont pas cités dans la suite de cet article :

– Candidose intestinale : la place des féculents dans votre régime
– Candidose : les infusions du matin
– Candidose : peut-on consommer du ghee ?
– Candidose intestinale : mon huile essentielle de thym à Thujanol
– Candidose : Menu type une semaine (partie 1)

Régime restrictif pour lutter contre la candidose intestinale

Commençons par le régime : malheureusement, pas le choix, pour lutter contre le candida, il va falloir passer par un régime très restrictif.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez rejoindre ma chaîne Youtube qui est consacrée à la candidose chronique, je parle du régime, du protocole, de la vie pendant le traitement.

La première chose à faire est d’affamer un peu le candida albicans, en réduisant le taux de glucides ingérés. Mais ce n’est pas tout, on va notamment éviter les levures et les aliments trop acidifiants. Voici la liste de tout ce que vous devez supprimer :

  • Tous les sucres, mêmes “naturels” : miel, sirop d’agave … il y a quand même une super exception, le sucre de bouleau, j’en parle plus bas !
  • Biscuits, gâteaux et tout aliment préparé contenant du sucre (sauf a l’état de traces)
  • Pains et autres pâtes fermentées (pizzas…) je vous conseille de passer au Pain des Fleurs ou de tester ma recette de pain sans levure.
  • Je déconseille aussi les fruits dans un premier temps (voir ci-dessous ce que je conseille dans “candidose intestinale : qu’est ce qu’on mange? “)
  • Gluten : pas de blé, seigle, orge. L’avoine peut être une exception, et d’ailleurs on en trouve sans gluten.
  • Produits laitiers : aucun produit laitier animal.
  • Viande non biologique : les antibios qu’elle contient sont néfastes pour votre flore intestinale amie et favorise alors le candida. Vous ne consommerez donc que de la viande biologique.
  • Café et thé, le chocolat noir ne doit être consommé qu’en très petite quantité (1 carré 2 fois par semaine par exemple)
  • Tabac, alcool
  • Toute boisson fermenté : jus de légumes lacto-fermentés, kefir, kombucha
  • On évitera la tomate, la sauce tomate, le citron et le jus de citron surtout, et les champignons.

Candidose intestinale : qu’est-ce qu’on mange alors?

Bon, qu’est-ce qu’on mange alors ? Au début j’étais vraiment désarçonnée et triste, et j’ai fait l’erreur de ne quasiment pas cuisiner ce que je mangeais. Je faisais surtout attention à l’aspect santé. Mais la frustration alimentaire est très mauvaise pour le moral et pour la digestion !

C’est d’ailleurs pour ça que j’ai crée FreeCocotte, pour des repas simples, sains mais toujours plaisants. J’ai voulu partager toutes les astuces que j’ai finalement mises en place pour réussir à me régaler, malgré le régime et le peu de temps que nous avons parfois pour cuisiner !

Donc si vous avez une candidose, j’espère que vous vous servirez de mon blog pour vous inspirer ! La plupart des recettes correspondront très bien au régime anti-candidose et j’espère sincèrement que cela pourra vous aider.

En tout cas, voici les aliments à privilégier, j’ai mis en majuscules ceux qui sont anti-fongiques et que je vous conseille de consommer tous les jours :

  • Tous les légumes : l’idéal est de les préparer en cuisson vapeur la plupart du temps, et de les consommer aussi crus en petite quantité, sauf si vous avez constamment des ballonnements et spasmes intestinaux auquel cas vous ne consommerez pas du tout de cru au début. Et surtout CONSOMMEZ DE L’AIL, cru ou cuit, mettez-en partout ! Bon si vous n’aimez pas ça, c’est pas grave, on y arrive sans quand même, ne vous inquiétez pas.
  • Protéines animales : poissons gras (sardines, harengs, maquereaux, truite, thon), poissons blancs et fruits de mer en priorité. Mangez également des œufs (jusqu’à 6 par semaine), de la volaille bio, du porc bio, et de la viande rouge bio. Vous pouvez et vous devez manger beaucoup de protéines, afin de garder une glycémie stable (taux de sucre sanguin : plus il est bas, moins le candida peut manger !) et de ne pas avoir faim.
  • Féculents : privilégiez les patates douces, les pommes de terre, puis le quinoa et le sarrasin et enfin le riz semi-complet. Les patates douces et pommes de terre doivent être cuites avec la peau et à la vapeur pour minimiser leur indice glycémique. Je vous conseille d’ailleurs vivement de consulter mon article sur les glucides afin de faire un régime anti-candidose efficace, c’est à dire à glycémie stable. Et pour faire le point sur votre consommation de glucides dans le cadre du régime, vous pouvez consulter cette vidéo : féculents et candidose.
  • Matières grasses : privilégiez l’HUILE D’OLIVE et de coco pour les cuissons, et l’huile de noix et de colza pour l’assaisonnement. Vous pouvez utiliser de la margarine végétale bio pour tartiner.
  • Produits laitiers végétaux non sucrés (magasin bio) : privilégiez ceux à base de NOIX DE COCO qui est antifongique, lait de coco, crème de coco, yaourts de coco…
  • Oléagineux : une petite poignée par jour maximum (comme tout le monde en fait, mais je précise car on pourrait avoir tendance à en manger trop pour compenser, et ce sera très néfaste pour le foie). Et TOUS LES JOURS 2 NOIX DU BRESIL, pour attaquer le biofilm (enveloppe) du candida. Quelques infos dans cette recette de salade d’épinards, haricots rouges et noix du brésil.
  • Au goûter : remplacez vos fruits par un avocat ou des oléagineux, des protéines animales ou encore un velouté de légumes. Il faut exclure tout féculent à ce repas. On réintroduira les fruits petit à petit dans un second temps. Je parle de tout cela dans la vidéo consacrée au goûter.
  • Au petit-déjeuner : je vous conseille de partir sur le salé, gras et avec peu de féculents : œuf avec galette de sarrasin ou pain des fleurs, viande froide… au besoin vous pouvez consulter ma vidéo au sujet du petit-déjeuner, et aussi ma recette de porridge de sarrasin qui convient parfaitement au régime.
  • En dessert : on évitera de prendre beaucoup de dessert (j’en parle dans la vidéo consacrée au dessert) mais vous pouvez prendre un yaourt végétal ou une compote. Et pour tenir sur la durée, préparez-vous chaque semaine des gâteaux au xylitol ou sans sucre ajouté que vous pourrez manger de temps en temps, mais uniquement en dessert ! Sinon gare à la montée de glycémie. Vous pouvez faire ces recettes : banana bread, pancakes, muffin coco-choco, et toute autre recette sucrée dans laquelle vous remplacerez le sucre pour du xylitol… mais au fait c’est quoi ?
  • Le XYLITOL est un petit miracle pour ceux qui sont atteints de candidose. C’est un sucre de bouleau, qui a le même gout et le même aspect que le sucre blanc, mais qui est anti-bactérien, anti-fongique, anti-carie, on lui prête aussi des vertus anti-cancer …! Un miracle vous dis-je ! Attention, il faut le choisir naturel (en magasin bio) et je vous déconseille de le surconsommer (maux de ventre en perspective).

Pour en savoir + sur le xylitol, ou sucre de bouleau , consultez mon article à ce sujet !

Compléments alimentaires anti-candida albicans

Mais le régime ne suffit pas à lui seul, il faut un arsenal de compléments alimentaires. Pourquoi un arsenal ? Parce que le candida s’adapte très vite, et donc résiste assez facilement aux traitements que l’on lui inflige.

Par contre, ne vous lancez pas dans un traitement anti candidose intestinale par vous-même. Pour ma part j’avais consulté 2 naturos avant de me créer mon propre protocole, et surtout j’avais énormément lu sur le sujet. SE LANCER SEUL(E) C’EST DANGEREUX. Pendant le traitement, le candida meurt et dégage une quantité de toxines importante, votre foie et tout votre organisme vont être soumis à rude épreuve !

J’insiste, mais quand j’ai mis en place mon protocole ci-dessous, j’avais déjà fait un travail de soutien du foie et commencé mon régime depuis plusieurs mois.

Un autre article apprécié par mes lecteurs en ce moment :   Candidose : aliments indispensables pour votre régime

Ce serait trop long à détailler ici, et surtout, nous sommes tous différents donc on ne peut pas donner de recette unique, alors vraiment, faites-vous accompagner par votre médecin, et par un praticien de santé naturelle !

Donc je vous détaille ci-dessous ce qui a définitivement marché pour moi mais encore une fois, ne le faites pas seul(e). J’ai donc pris 5 compléments alimentaires différents, que j’alternais chaque jour :

  • Gélules d’HE Origan pur de Pranarom ensuite remplacées par quelque chose de plus doux pour le foie : Dysbios’aroma, un complexe d‘huiles essentielles anti-fongiques et anti-bactériennes pour assainir la flore intestinale
  • De l’extrait de pépin de pamplemousse (on en trouve dans tous les magasins bio)
  • Symermiose du génial laboratoire Herbolistique (très bons produits !)
  • Du lapacho, toujours chez herbolistique mais on en trouve ailleurs
  • De l’acide caprylique mais je ne sais plus où je l’avais acheté. Ensuite à la place j’ai pris de l‘argent colloïdal (très efficace !)

En plus de cela :

  • Je prenais de la vitamine B8 de la marque Solgar car il est prouvé qu’elle aide à combattre le candida. Par contre si c’était à refaire je prendrais sans doute une autre marque.
  • J’ai pris aussi des probiotiques en sachet (lactibiane) mais je crois que ça ne fonctionne pas. J’en reparlerais dès que possible dans un prochain post ou une prochaine vidéo.
  • Je soutenais mon foie avec Protection du Foie de chez Herbolistique.

Candidose et “hygiène” émotionnelle

Enfin, point très important, il faut faire un travail émotionnel. La candidose généralisée est source de dépression puisque le candida albicans produit des toxines nocives pour le système nerveux. Lorsqu’on est infecté, on est plus tout à fait soi-même, on a moins d’envie, moins d’énergie, moins de projets et on souffre physiquement.

Quand on commence un protocole efficace, on constate rapidement des effets positifs sur le mental, même si tous les symptômes ne partent pas d’un coup ! Et il y a des rechutes ! C’est très difficile.

Il est important pendant cette phase de se faire accompagner pour reprendre sa vie en main. Ce que j’ai ressenti en guérissant, c’est vraiment que mon corps et mon mental, tout mon être finalement, avaient été pris en otage par ce parasite.

Mes idées étaient embrouillées, je n’avais pas de motivation particulière pour la vie, et j’avais tout le temps peur du prochain symptôme (ballonnement ? migraine ? cystite ? …) et du prochain repas pris en société.

On se trouve alors dans un processus de victimisation, et il faut en sortir pour accompagner la guérison, parce que le mental est primordial pour booster votre système immunitaire.

Pour ma part j’ai fait plusieurs séances d’hypnose, pas directement liées à la candidose elle-même, mais cela a largement participé à ma guérison.

Je remarque aussi que de nombreuses personnes atteintes de candidose intestinale ont eu des troubles du comportement alimentaire dans le passé. Si c’est votre cas, profitez de votre protocole de guérison pour travailler sur votre bien-être émotionnel ! La maladie est là pour nous faire avancer !

Voilà en résumé ce qui m’a permis de lutter contre la candidose, petit à petit, mais avec succès. Il est clair que le chemin n’a pas été facile tous les jours, et que ça parait long et désespérant quand on commence et aussi lorsqu’on a des rechutes (ce qui est normal).

Mais aujourd’hui, même si je fais encore attention à mon alimentation, à mon stress, à mon sommeil, j’ai définitivement tiré un trait sur cette affection très invalidante. Je n’ai plus de symptômes, et depuis 2 ans je ne tombe quasiment jamais malade, alors oui je mange sainement mais avec un peu de sucre, un peu de gluten et de produits laitiers… une vie normale en fait ! J’espère que cela vous donne de l’espoir !

Si vous avez des questions ou des remarques, vous pouvez me les laisser en commentaires tout en bas de cette page. Quant à moi, je vais continuer à travailler pour vous partager des vidéos, des posts et des recettes qui soient les plus pertinents possibles pour vous aider au quotidien !

14 de Petits mots

    • Juliette

      Hello Fab !

      Tu fais ça chez toi, seule !! Et c’est gratuit 🙂 merveilleux ! D’autant qu’on peut le faire et refaire, on peut donc tester des compléments alimentaires ou des aliments (on fait le test avant de prendre le complément, puis on le prend puis on refait le test 30′ après pour voir comment ça a évolué).

      Bon, donc voila comment ça se passe :
      – le matin à jeun (ni nourriture ni café/thé/infusion ni compléments alimentaires ni homéopathie ni brossage de dents)
      – tu te sers un verre d’eau
      – tu prépares un peu de salive puis tu craches dans le verre
      – ensuite tu observes : si ça descend au fond du verre en tournant un peu et en faisant des genres de filaments avec des points blancs au bout, il y a candidose. Attention, on complète avec un questionnaire pour le confirmer en général mais de mon expérience ce test marche très bien. Les médecins font coproculture ou test sanguin dans des labos spéciaux mais c’est couteux, j’en vois pas trop l’intérêt parce qu’avec test salivaire et questionnaire on est fixé.
      – en tout cas cette observation de salive va se faire de quelques secondes à 5 minutes après avoir craché : au plus ca descend vite et profond, au plus il y a candidose. Et si ca reste bien groupé en hauteur sur l’eau, pas de soucis pas de candidose (si si ya des gens qui font des crachats parfaits qui bougent pas même après 1H). Parfois on voit que ca descend un peu… dans ce cas on fera éventuellement attention à manger moins de sucre, ça dépend des symptômes aussi.

      La seule video ou je vois un test bien probant est en anglais : tu peux aller directement à 0:50. On voit bien la descente, les filaments, ca tourne pas beaucoup par rapport à ce que j’avais moi (aie aie je crois que moi c’était bien pire !) mais c’est un “beau” test positif :

      Si tu le fais n’hésite pas à me donner des nouvelles…

      Je te souhaite un beau test négatif 🙂 et sinon pas de panique y a plein de solution

  • Fab

    Salut,
    Ariane m’en avait parlé mais je l’ai pas fait à jeun. J’adore ce test ! C’est simple, gratuit et …rigolo ( régression quand tu nous tient…).
    Merci, merci pour tes explications. Tu es très pédagogue ( c’est une ex prof qui te le dit, ça vaut ce que ça vaut…).
    Je te raconte la suite du test !
    Bises, bises

  • Coudercy

    Bonjour,
    Merci pour tous vos conseils.
    J’ai juste un doute sur le citron. On recommande le citron dans un régime anti candidose parce qu’il est alcalin. Pourquoi le déconseillez vous?

    • Juliette

      Bonjour,

      Le jus de citron est incroyablement populaire et il fait ainsi de gros dégâts ! En tant que naturo, on voit très très souvent des personnes qui boivent leur jus de citron quotidien, à jeun souvent, en pensant bien faire, et pour qui c’est une catastrophe (frilosité extrême, manque d’énergie, peau et cheveux voire dents et gencives impactés, baisse de l’immunité, oesophage très irrité). J’en ai moi-même fait les frais avant de me former.

      Rentrons dans le vif du sujet : le jus de citron n’est pas alcalin pour tout le monde, loin de là, et je dirai même qu’il est acide pour la plupart des gens. En fait nous ne sommes pas tous égaux avec l’acidité :
      – Certaines personnes neutralisent facilement les acides par la respiration pulmonaire : en général, ce sont des personnes qui ont souvent chaud, on la peau plutôt foncée et les yeux foncés également. Cette neutralisation pulmonaire est aussi facilitée par une température extérieure élevée.
      – Les autres, pour neutraliser l’acidité, vont puiser dans leur réserve minérale sanguine et osseuse : calcium, magnésium et potassium. En général ce sera le cas si vous avez les yeux bleus, la peau claire, et que vous êtes plutôt mince et frileux, nerveux, et cela sera augmenté lorsqu’il fait froid. Mais ce n’est pas tout, l’état de santé général influe aussi ce processus.

      Or, quand on a une candidose, on est acidifié. Et au plus nous sommes acidifiés, au moins nous “gérons” les acides par respiration pulmonaire. Donc en cas de candidose on va exclure le citron, qui loin d’alcaliniser le corps, va l’acidifier de façon certaine.

      En revanche pour des personnes en pleine forme, avec beaucoup de vitalité et une tendance à l’embonpoint, le jus de citron peut parfois aider à détoxiner mais on a aussi de très bonnes plantes pour faire ça sans risquer la déminéralisation à moyen terme, donc je ne conseille pas les “cures de jus de citron”.

      J’espère que ça vous aidera à y voir plus clair !

  • Emeline

    Bonjour !
    Merci tout d’abord parce que rien que le fait que tu aies guéri de la candidose donne de l’espoir ! Merci aussi pour tes recettes et tes conseils. A force de recherches je me suis rendue compte que j’étais atteinte d’une candidose. Cela fait trois mois que j’ai commencé mon régime et la prise de traitement mais rien ne semble fonctionner. Je désespère un peu. Pour résumer, je devais prendre un mélange liquide curcuma, réglisse, échinacée qui me détruisait bien le ventre ainsi que des probiotiques l-glutamine sans lactose ni gluten. J’ai dû arrêter le curcuma et aujourd’hui je me contente de l’extrait de pamplemousse et du probiotique. Ma naturopathe m’a conseillé des gélules de macérât de noyer que je vais acheter. Est-ce que ça te semble cohérent ? Suffisant ? Mes 2 symptômes principaux sont des mycoses à répétition et des fréquents besoins d’aller à la selle.
    On m’a aussi conseillé un régime cétogène ce qui m’inquiète un peu .., beaucoup !
    Encore merci
    Emeline

    • Juliette

      Hello Emeline,

      Garde espoir !!! Tu vas y arriver ! Tu es dans une phase un peu compliquée, j’ai l’impression de l’avoir vécue aussi. Après un démarrage de programme anti-candida plutôt réussi avec ma naturo, j’ai eu une période ou je continuais à avoir énormément de problèmes de santé, et où ma naturo changeait le protocole et où je perdais confiance.

      Je pense qu’il ne faut pas hésiter à chercher la ou les personnes en qui nous avons 100% confiance, ça peut prendre du temps, c’est aussi une question de feeling… Attention je ne remets pas en doute ta naturo, pas du tout, c’est un conseil général que je te donne en te disant que si jamais tu n’as plus confiance dans le protocole et les conseils qu’on te donne, il faut vraiment en rediscuter avec ta naturo, voir si tu reprends confiance, sinon, peut-être te tourner vers quelqu’un d’autre, afin d’avoir le bon état d’esprit (confiance) pour aller vers la guérison.

      A part cela, ce que je peux te dire c’est que je n’ai jamais essayé le noyer, je ne connais personne qui l’utilise mais c’est effectivement un assainissant pour l’intestin.

      Enfin, es tu sure que c’est le mélange avec curcuma qui te donnait mal au ventre ? Je pense plutôt aux probiotiques ?

      J’ai aussi envie de te dire que si le régime cétogène t’inquiète, il vaudra mieux éviter, il faut que le protocole se fasse le plus sereinement possible. Cela dit je suis justement en train de me documenter sur le régime cétogène pour la candidose et je vous en dirai plus sur le blog quand j’aurai avancé mais ça va prendre pas mal de temps je pense.

      Emeline, courage, rediscute avec ta naturo si besoin, et tu peux me contacter via facebook si tu veux.

  • RAMI

    Bonjour,
    Je découvre votre blog et les sujets sont très bien documentés et pertinents. Je suis atteint de candidose chronique suite à un traitement antibiotique en 2013. Je n’ai compris que bien plus tard, j’ai découvert le candida albican il y a 3/4 ans. J’essaie de trouver des informations pertinentes. Je vois aussi que beaucoup sont des copié/collé sans connaitre les tenants et les aboutissants. Par exemple quand on parle de Lapacho, il faut savoir que c’est à priori l’aubier qui a des propriétés antifongiques. Le lapacho que l’on trouve couramment est surtout l’écorce qui n’a surement pas les vertus recherchés. Pour l’avoir essayé, je n’ai vu aucun résultat. En fait pour moi la référence a été l’aïl frais, et je dois dire que c’est efficace (mais contraignant), car je voyais les effets assez rapides sur ma mycose. Donc je pouvais évaluer assez rapidement tout autre compléments (sauf peut-être ceux qui avait une action sur le long terme), mais pour moi je ne veux plus perdre de temps.
    Pour l’extrait d’ EPP, il ne faut pas simplement balancer une information sans y regarder de plus près. Il semblerait que beaucoup de marques d’EPP contiennent du chlorure de benzéthonium et la fabrication est plutôt opaque. De plus les vertus viendraient du pamplemousse sauvage, à savoir le Citrus paradisi. Je doute fort que les EPP que l’on trouve respectent une charte de qualité.
    Connaissez-vous la monolaurine, il y a beaucoup de retour positif sur la candidose, notamment une bonne efficacité sur les biofilms. J’ai compris que si on ne cible pas le candida à la racine, donc les biofilms, les antifongiques n’auront pas une grande efficacité. Les biofilms étant des réservoirs. Je reviens à la monolaurine, suite aux avis j’ai essayé cette marque Lauricidin. J’ai eu quelques douleurs au ventre et un jour un peu de sang dans les selles (je ne sais pas si c’est lié). J’ai l’impression que c’est très agressif et j’ai d’ailleurs réduis mes prises En fait je ne sais pas trop quoi en penser, je n’ai pas trouvé beaucoup d’études. Aujourd’hui ma mycose a pratiquement disparue et mes recherches portent surtout sur les plantes qui ont un bon potentiel pour éradiquer les biofilms. L’aïl est un excellent anti-biofilm mais je voudrais le remplacer par autre chose de moins contraignant, d’où mes recherches. J’ai déjà quelques idées, mais il faut que je peaufine.

    • Juliette

      Bonjour Rami,

      Merci pour ces recherches c’est génial d’aller si loin dans les analyses et de partager tout ça avec nous. Je ne suis pas très fan de l’EPP non plus, je ne le trouve pas si efficace. Pour le lapacho, effectivement le mien était très efficace mais je le prenais chez herbolistique qui est un excellent labo je suppose donc qu’ils utilisaient bien l’aubier. Dans le doute je viens de leur poser la question.

      Oui monolaurin je connais depuis peu, mais je n’ai pas essayé, je préfère en général utiliser une plante dans son entièreté (ici l’huile de coco), cela dit, j’ai lu qu’une étude de 2018 a conclu que le monolaurin est effectivement efficace contre le biofilm du candida. Je pense que ça peut être très intéressant d’attaquer fort avec ce type de produits, et je vous conseille alors de l’utiliser en rotation avec d’autres compléments anti-fongiques.

      Avez-vous essayé l’HE origan ou un mélange d’HE (tel que dysbiosaroma par exemple) ?
      Il faut alors bien protéger son foie, mais c’est très efficace.

      Vous pourriez faire une rotation ail / monolaurin/ HE sur 3 j par exemple, avec également infusion anti-fongique et sélénium tous les jours. Il est prouvé que le sélénium attaque le biofilm. L’argent colloidal également selon moi, et il avait été très efficace dans mon cas.

      En tout cas, si vous n’avez plus de mycoses, c’est que tout ça va dans le bon sens ! bravo !

      Au plaisir de vous lire

  • RAMI

    Bonjour Juliette,
    Merci d’accueillir si bien mon commentaire. Oui j’ai un peu utilisé quelques huiles essentielles, mais peut-être y a-t-il encore trop d’incertitude sur les effets secondaires. Une récente étude affirme que le cinnamaldehyde (cannelle de Ceylan) qu’on retrouve dans les arômes pour les e-cigarettes indiquerait une toxicité sur les mitochondries et les cellules endothéliales. Sinon le thymol montre moins de toxicité que le carvacrol et le citral. Elles restent une solution d’urgence, mais de courte durée. Pour le sélénium je consomme des noix du Brésil, pas plus de 2 par jour (contient du radium).
    Voici quelques trouvailles avec un effet anti-biofim dans des études in vitro, cela reste approximatif, les valeurs peuvent varier d’une étude à l’autre. Le MIC donne une idée, cela permet de faire une comparaison.
    MIC (minimum inhibitory concentration) en µg/ml
    Baicaline (scutellaria baicalensis) (4), je n’ai pas pris régulièrement, je ne peux pas me prononcer
    Allicin (aïl) (1), très efficace mais contraignant, j’en prends par cure.
    Curcumine (curcuma) (50), cela semble efficace, j’en consomme tous les jours
    Berbérine (2000), MIC élevé, on voit que c’est moins intéressant, pour en avoir pris je n’ai pas trouvé d’efficacité.
    Ptérostilbène (8/64), c’est mon prochain achat, je l’ai trouvé en gélules de 50 mg, d’extrait naturel.
    Tetrandrine (16/32), extrait de la plante de stephania tetrandra qu’on trouve dans la pharmacopée chinoise. Forme disponible : teinture mère. A priori c’est utilisé dans la maladie de Lyme. Pas encore essayé.
    Alizarine et purpurine composants de la racine de garance, plantes à priori mutagène et cancérigène. C’est bien dommage car à 10 µg/ml, inhibition de 98% des biofilms, plus efficace semble-t-il que le fluconazole. Plante utilisée pourtant en ayurvéda.
    Le pthérostilbène et tetrandrine ont à la fois une action sur les biofilms en formation et aussi sur les biofilms matures. Inhibe aussi plusieurs gènes nécessaires aux biofilms pour l’adhésion.
    Voilà pour aujourd’hui. Je continue mes investigations.

    • Juliette

      Bonjour Rami, tes recherches sont impressionnantes… est ce que tu peux me dire sur quel site tu récupères les études ?

      Je suis d’accord sur les huiles essentielles, ce sont un peu nos antibio naturels et les antibiotiques… c’est pas automatique ! Franchement j’en ai pris énormément parce que c’était ça ou l’allopathie (infection urinaire à répétition, infections ORL, et lutte de fond contre le candida) mais j’avoue que si c’était à refaire il aurait été souhaitable d’en prendre moins et aujourd’hui je n’en prends plus…

      Après mon analyse c’est que le candida est tellement nocif pour tout l’organisme, que les huiles restent intéressantes en terme bénéfice / risque mais il faut absolument protéger le foie et faire attention aux durées et aux doses. C’est pour ça que je faisais des rotations …

      Pour les noix du brésil, je suis un peu contrariée : j’ai creusé le sujet et il semble que les teneurs en sélénium varient tellement, qu’elles peuvent devenir dangereuses (trop de sélénium) ou inefficaces, et par ailleurs, j’ai lu qu’elles contiendraient du Strombium, élément peu souhaitable apparemment.
      Bref, pour ma part ça m’a coupé l’envie d’en acheter, j’ai posté à ce sujet une salade avec des noix du brésil et je me renseigne encore avant de modifier l’article car j’indiquais qu’une conso de 2/j était parfaite mais si c’était à refaire je prendrai plutot les ampoules de sélénium !!

      J’espère que tu pourras encore nous partager tes recherches. Je souhaite faire un article sur le biofilm d’ici peu et c’est vraiment génial de pouvoir partager avec des personnes qui ont cherché également de leur coté ! Merci !!!

  • RAMI

    Bonjour Juliette
    Pour la recherche il faut le faire en anglais, sur google je tape “inhibitory plants on candida albican biofilms.” et là il y a des pages et des pages.
    En ce qui concerne les noix du Brésil, avec 2 noix il n’y a pas de problème de surdosage en sélénium, le seuil tolérable est 400µg/jour et toxique à partir de 800 µg. Le seul problème qui se pose est la radioactivité, j’ai un peu réduit et je n’en prends qu’une tous les 2 jours, en attendant de faire des recherches et savoir s’il peut y avoir un effet néfaste.
    Toutes ces recherches sont très intéressantes, on apprend énormément. L’approche des biofilms étant une voie importante dans le traitement de la candidose. Ainsi j’ai trouvé cette information : dans les liquides organiques (larmes, sueur et salive) on trouve une substance appelé lysozyme. Cette substance a priori une activité anti-biofilm jusqu’à un certain seuil 300µg/ml (étude in vitro). Mais curieusement au-delà de ce seuil et surtout à 1000 µg favoriserait les biofilms. Cette substance on la retrouve aussi dans le blanc d’œuf. Ce qui veut dire que lorsqu’on consomme des œufs (en l’occurrence j’en consomme 2 à la coque au petit déjeuner) cela m’interpelle.
    J’ai aussi découvert que dans les biofilms il y a au niveau des hypha des adhésives qui permettent aux biofilms d’adhérer aux parois. Certaines plantes ont des substances qui permettent d’inhiber certains gènes des adhésines. De même que le quorum sensing qui est le moyen des bactéries pour communiquer par messages chimiques entre elles. Ce processus est crucial pour le candida pour former les biofilms, pour la densité et pour réguler les gènes de virulence. J’ai également trouvé certaines substances naturelles qui inhibent le QS. Les andésines et le QS sont donc une approche intéressante. L’aïl par exemple agit sur le QS. Le gingembre agit à la fois sur les adhésines et le QS. Les 2 substances concernées dans le gingembre sont le 6-gingérol et le 6-shogaol. Il faut savoir que le 6-shogaol est produit à partir du 6-gingérol lorsque gingembre est cuisiné où lorsqu’il est séché. D’où l’intérêt de le prendre la poudre en tant que complément. Le MIC commence pour le 6-gingérol à 50 µg/ml et le 6-shogaol 10 µg/ml. Le 6-shogaol est donc plus puissant. Le gingembre frais contient jusqu’à 4% de 6-gingérol. 10 gr de gingembre frais donneraient 2 gr de poudre. Je n’ai pas d’idée sur la quantité de 6-shogaol dans la poudre. Le gingembre est intéressant mais on est limité par la quantité, la dose à ne pas dépasser serait de 2 gr de poudre/jour. Il y a des précautions, notamment en cas de calculs biliaires.
    Le problème dans les substances anti-candida ou anti-biofilms, elles sont évaluées en fonction d’étude in vitro. De ce fait je ne sais pas quelles quantités sont nécessaires. J’ai juste une petite idée en comparant avec les antifongiques chimiques sur les biofilms.
    Nystatin de MIC 16 à 32 µg/ml
    Fluconazole MIC >256 µg/ml la posologie est en principe de 100 mg/jour
    Ketoconazole MIC 64 µg/ml. La posologie moyenne est de 200 mg/jour
    Le MIC du ptérostilbène est de 64µg/ml, à quantité égale il serait aussi efficace que le ketoconazole et plus efficace que le fluconazole. Toute la difficulté est de trouver une plante : qui a un MIC le plus bas possible, concentrée en principes actifs, sécuritaire et très accessible, ce qui n’est pas une mince affaire. Par exemple un arbuste du Brésil l’arrabidaea chica son MIC est de 0.007/0.015 µg/ml, je n’ai pas encore trouvé un MIC aussi bas, même les antifongiques chimiques ne font pas mieux, de plus elle agit sur une dizaine d’espèces de candida. J’ai trouvé un site au Brésil où on trouve de la teinture mère. Je vais explorer un peu cette piste. (Je commence aujourd’hui ma prise de ptérostilbène).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez GRATUITEMENT des idées de recettes saines, préparées en 5 MINUTES avec 5 INGREDIENTS