Huiles essentielles et Candida Albicans

Si vous tombez sur cet article, vous êtes probablement déjà au courant de l’action antifongique des huiles essentielles contre le candida albicans 😊

Mais lesquelles utiliser ? Comment les utiliser ? Est-ce toujours une bonne idée ?

Je suis naturopathe spécialisée en candidose et je fais le point ici pour vous aider. C’est un peu un article de synthèse sur le sujet, donc lorsque cela est pertinent, je vous mettrai des liens vers mes autres posts, par exemple concernant mes conseils pour les mycoses vaginales, buccales…

Note : dans cet article j’utilise parfois l’abréviation HE pour Huiles Essentielles.

J’ai aussi une vidéo sur le sujet les Huiles essentielles et le candida albicans, si vous préférez ce format c’est ici :

Huiles essentielles et candida albicans : il y a des études scientifiques

Pas de doute ! L’action antifongique de certaines huiles essentielles est bien réelle…

Bien sûr les aromathérapeutes et les utilisateurs avertis en ont toujours été convaincus, mais pour les esprits les plus cartésiens, sachez que pas mal d’huiles essentielles font l’objet d’études scientifiques, dans le cadre de la lutte anti-candida notamment.

Oui la lutte anti-candida fait l’objet d’études scientifiques

Le candida albicans, et les autres candida (glabrata, parapsilosis, tropicalis…), sont bien connus du monde scientifique, pour 2 raisons :

  • d’abord pour les mycoses locales : vaginales, buccales, sur la peau… qui concernent de nombreux êtres humains et représentent un motif de consultation fréquent
  • et puis pour la fameuse candidémie, qui touche les personnes très immunodéprimées et affole parfois les hôpitaux

La candidose « intestinale », elle, n’a pas encore de nom officiel en Francais…

Mais en anglais on peut noter que le terme SIFO a été posé (la 1êre fois dans une étude datée de 2015) : Small Intestine Fungus Overgrowth (surdéveloppement fongique dans l’intestin grêle).

Et on entend parfois aussi LIBO : Large Intestine Fungus Overgrowth (surdéveloppement fongique du colon).

Et effectivement on ne sait pas encore comment faire la différence entre une candidose dans le grêle ou le colon, ou les 2…

Cela dit, à mon avis (et je ne suis pas médecin donc c’est un avis personnel), les traitements médicaux seraient pour l’instant identiques de toute façon que ce soit dans le grêle ou le colon : emploi de médicaments antifongiques telles que la nystatin ou le fluconazole, itraconazole…

En tout cas, les preuves scientifiques ne sont pas encore suffisamment établies pour que la candidose intestinale soit connue de vos médecins, il faut patienter un peu…

Les huiles essentielles aussi …

Quant aux huiles essentielles, ne croyez pas qu’elles sont totalement délaissées dans les démarches scientifiques : les médicaments antibiotiques ou antifongiques montrent leurs limites (résistances), et les chercheurs en médecine étudient des solutions, et cela peut inclure parfois l’usage d’huiles essentielles.

Parfois, les études combinent plusieurs HE entre elles, ou bien une ou des HE avec un médicament antifongique.

Ainsi, on peut trouver des études sur l’efficacité des HE contre le candida, j’en cite quelques unes pour exemple, mais ce n’est absolument pas exhaustif… :

Voici une liste d’huiles essentielles contre le candida albicans, elles sont réputées pour avoir une action antifongique intéressante, là aussi, liste non exhaustive mais celles-ci sont à mon sens, les plus puissantes :

  • HE origan (origanum compactum ou origanum vulgare)
  • HE giroflier (Syzygium aromaticum ou Eugenia Caryophyllus)
  • HE ajowan (Trachyspermum ammi)
  • HE cannelle de ceylan, ou de chine (Cinnamomum Zeylanicum ou Cinnamomum cassia)
  • HE coriandre (Coriandrum sativum)
  • HE arbre à thé (melaleuca alternifolia)
  • HE laurier (Laurus nobilis)
  • HE thym à linalol (Thymus vulgaris linalol) et thym à thujanol
  • HE palmarosa (Cymbopogon martini)
  • HE geranium (Pelargonium graveolens)
  • HE litsée citronnée (Litsea cubeba)
  • HE manuka (Leptospermum scoparium)

Egalement des effets antiviraux/bactériens

Et là on se concentre « juste » sur l’effet antifongique des HE, mais retenez bien cela : une HE qui a des actions antifongiques, a aussi des actions antibactériennes et antivirales.

C’est là toute la beauté des approches naturelles parfois : là où la médecine conventionnelle a besoin de savoir à quelle bête elle s’attaque, ce n’est pas vraiment le cas pour la naturopathie.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit 😂 : je ne suis absolument pas contre l’usage de médicaments, et je ne crois pas du tout que la naturopathie soit plus puissante que l’allopathie, bien au contraire.

Simplement, en naturopathie on a la chance d’avoir certaines plantes, ou substances et actions (comme l’alimentation digeste et mastiquée) qui aident quelque soit le problème infectieux.

Tandis qu’en allopathie, il faut savoir si on utilisera des antiviraux, des antibio ou des antifongiques… et parfois, on a pas l’info, ou encore, on a plusieurs problèmes…

C’est ce qu’on appelle des co-infections :

  • lyme (bactérie) + candidose
  • ou encore sibo + candidose,
  • covid puis candidose,
  • mononucléose + candidose,
  • herpès + candidose,
  • cystites à E. Coli + candidose,
  • H. Pylori + candidose,
  • parasites + candidose

Et on pourrait continuer comme ca longtemps. C’est logique : si une 1ère infection fout le bazar dans votre système immunitaire ou votre digestion, ca n’est pas terrible pour se défendre contre les autres pathogènes…

Dans ce cadre là, la puissance antimicrobienne globale des HE peut être une aide, même si on va voir qu’il faut y aller mollo, en interne notamment…

Huiles essentielles et candida par voie orale

Beaucoup de compléments anti-candidose en contiennent

Une partie des compléments alimentaires destinés à lutter contre la candidose (ou dysbiose…) basent leur efficacité sur la présence d’huiles essentielles.

Je pense notamment à My’cokyl des laboratoires Nutergia, à Candi’activ de chez Biophenix, ou encore aux oleocaps de chez Pranarom que certains médecins fonctionnels proposent dans le cadre de la lutte contre la candidose.

Il existe aussi un super produit, avec une synergie très pertinente d’huiles essentielles contre le candida albicans et d’autres pathogènes, chez Salvia : dysbiosaroma.

Certes, l’efficacité antifongique des huiles essentielles notamment d’origan, mais aussi de cannelle ou encore de girofle est très bonne contre le candida et contre bien d’autres nuisibles comme des parasites ou encore des bactéries néfastes (dysbiose).

Alors « sur le papier », c’est top, mais il y a un GROS mais…

L’estomac peut en prendre un coup !

Voici le 1er problème avec les HE par voie orale, et pas des moindres : c’est agressif pour l’estomac !

Je ne compte plus le nombre de fois où quelqu’un m’a dit avoir développé des symptômes stomacaux après une prise de compléments antifongiques contenant des HE : des aigreurs, des brûlures, des nausées, voire un diagnostic de gastrite ou d’ulcère.

C’est un scénario classique chez mes clients : un naturo ou un médecin fonctionnel vous parle de candidose et vous indique le régime alimentaire + des compléments, dont des HE antifongiques.

Vous suivez le protocole proposé (avec toutes les embuches que ca comprend, bien entendu, personne n’a dit que c’était simple 😕), et au bout de 2 semaines environ, parfois plus, parfois moins… l’estomac commence à faire souffrir.

Ce qui est trompeur, c’est que parfois les symptômes se déclenchent tardivement (pas au début de la prise) voire après la prise des HE par voie orale.

Un autre article apprécié par mes lecteurs en ce moment :   Candidose chronique : symptômes, causes, diagnostic et solutions

Mais ne vous y trompez pas : les HE par voie orale sont très agressives pour l’estomac, et le problème c’est que l’estomac est bien entendu un organe central de la digestion.

On commence avec lui, il est le 1er acteur, alors si ca se passe mal avec lui, le reste de la digestion est très compromise.

Aussi, l’estomac est un organe qui « met du temps à se remettre ». Autant le foie est capable de se régénérer de façon assez rapide, autant « soigner » un estomac c’est long…

Et pour en rajouter une couche, la plupart des personnes atteintes de candidose ou dysbiose ont déjà à la base, un estomac fragile, un peu KO, un peu irrité, voire totalement hyposécréteur d’acide gastrique…

Ajoutez à ce terrain fragilisé des HE et hop, vous avez mis le feu, et en plus de la candidose, il faut maintenant prendre en compte l’estomac irrité, ce qui suppose généralement :

  • d’avoir des restrictions alimentaires supplémentaires (par exemple certaines épices telles que chili ou curry pourraient poser problème, les édulcorants dit naturels comme la miraculine, l’erythritol ou le xylitol, les fruits rouges comme les framboises, parfois la viande rouge…), il faudra aussi faire très attention aux excès de lipides, la noix de coco peut ne plus passer, les repas doivent être réduits en quantité…
  • de prendre au moins 2 compléments pour tenter de calmer la muqueuse stomacale, en plus de tout ce qu’il y a déjà à prendre pour la candidose
  • et ensuite, on a parfois des difficultés à reprendre d’autres antifongiques par voie orale, car l’estomac peut y réagir, par exemple à l’extrait de pépin de pamplemousse ou alors un complément qui contiendrait aussi un petit peu d’HE comme le candida cleanse de solaray.

Si vous souffrez de candidose, je peux peut-être vous aider, cliquez ici si vous souhaitez en savoir +.

Le foie peut-être aussi

On constate aussi souvent une recrudescence des symptômes que l’on relie au foie en naturopathie, par exemple des migraines ou maux de tête, une fatigue oculaire voire des hémorroïdes.

Avaler des HE n’est pas sans conséquence pour le foie, qui doit les « recycler » pour en évacuer les résidus.

Diarrhées

Aussi, pas mal de personnes expérimenteront des accélérations de transit voire des diarrhées lorsqu’elles consommeront des gélules d’HE par voie orale.

Il faut bien le dire, pour certaines personnes très constipées, cela pourra amener du soulagement temporaire, et ne pas poser de problème sur le court terme, mais cela démontre, je pense, le coté irritant des HE par voie orale sur le système digestif.

Huiles essentielles et candida albicans : Attention aux personnes fragiles

Il peut y avoir d’autres contre-indications comme par exemple l’insuffisance rénale ou hépatique : vérifier toujours vos compléments en fonction de votre situation personnelle (médicaments ? pathologie ?…)

Les autres options

Bien entendu, il y a beaucoup d’autres remèdes naturels pour lutter contre les problèmes avec le candida, j’en parle notamment ici.

Mais attention : prendre des antifongiques seuls n’est absolument pas une bonne idée, il faut toujours que cela soit fait dans le cadre d’un protocole global avec un naturopathe et/ou un médecin fonctionnel.

Je vous renvoie, pour + d’infos sur tout ca, vers une de mes vidéos à ce sujet : 5 principes essentiels pour la prise d’antifongiques.

Mycoses et huiles essentielles en local

Beaucoup de choix, une grande efficacité…

En utilisation locale, il y a beaucoup d’options pour utiliser les huiles essentielles contre le candida albicans (et d’autres candida comme glabrata d’ailleurs), car comme dit plus haut, de nombreuses HE ont des propriétés antifongiques, et de plus, on les diluera souvent dans un « support » qui peut varier :

  • Huile végétale diverse : jojoba, coco, olive, amande douce, karité …
  • De l’aloe vera, qui est apaisant et présente aussi des propriétés antimicrobiennes
  • Ou alors une crème hydratante type « bio » peut faire l’affaire

Ainsi, de nombreuses combinaisons sont possibles, pour des efficacités souvent remarquables, mais pas toujours suffisantes…

En effet, si c’est chronique, que ca revient sans cesse ou que ca ne disparait pas du tout, que la mycose soit buccale, cutanée ou vaginale ou autre : il faut envisager un protocole global bien entendu, avec un naturopathe et /ou un médecin, j’en parle par exemple dans cet article.

En tout cas :

  • on diluera généralement les HE à raison de 2 à 3 gt pour 1 cc environ d’huile ou aloe vera ou crème (ou 1 gt dans une noisette de produit). Certaines HE peuvent être utilisées temporairement sans dilution, par exemple le tea tree (arbre à thé) mais attention le risque d’irritation existe, et si on l’utilise plusieurs jours de suite, alors on dilue nécessairement.
  • on évite les HE dermocaustiques : notamment celles d’origan, cannelle, sarriette, giroflier, thym à thymol (mais ne pas hésiter à vérifier avec le pharmacien). Il n’est pas absolument impossible de les utiliser sur la peau ou les muqueuses, mais cela demande de l’expérience et peut être une plus grande dilution (2% par ex.)
  • et quelque soit les HE choisies : il faut cesser l’utilisation si on sent une irritation importante. Les HE sont des produits puissants qui peuvent irriter la peau ou les muqueuses. Par contre, il faut noter que dans la bouche ou sur les parties génitales, parfois ca pique/brule puis ca soulage au bout de quelques minutes (quelques secondes à 20 min environ)… mais si ca pique/brule longuement alors on arrête.

Mes articles pour vous aider

Pour ne pas redétailler chaque utilisation pour chaque type de mycose, voici mes articles pouvant vous aider si vous cherchez des solutions pour soulager des mycoses « locales ».

J’y détaille les actions et solutions naturopathiques, notamment avec des huiles essentielles :

Conclusion sur les huiles essentielles et le candida albicans

Il existe beaucoup d’huiles essentielles avec des propriétés anti-candida, pouvant aider dans la lutte locale contre les mycoses vaginales, mycoses buccales, mycoses au pied…etc

Cela peut tout de même être irritant pour la peau / les muqueuses donc il faut être vigilant : bien diluer les HE dans de l’huile végétale ou de l’aloe vera par exemple, faire attention aux réactions, choisir des HE non dermocaustiques, et surveiller toute possible réaction. Ne pas hésiter de toute façon à demander conseil à votre pharmacien.

Les huiles essentielles antifongiques ont l’avantage de présenter des propriétés antimicrobiennes variées : elles agissent sur le candida mais aussi potentiellement sur des bactéries pathogènes ou des virus.

Par voie orale, l’usage doit à mon avis être limité : je constate beaucoup de gastrites et problématiques stomacales diverses suite à un usage de compléments alimentaires contentant des huiles essentielles pendant plusieurs jours ou semaines d’affilée.

Des migraines peuvent aussi survenir plus fréquemment, avec l’HE origan notamment.

Il faut donc privilégier un usage ponctuel et surveiller la survenue d’effets secondaires, surtout par voie orale.

Aussi n’utilisez surtout pas d’huiles essentielles si vous êtes enceinte, si vous allaitez ou sur un enfant.

1 réflexion au sujet de « Huiles essentielles et Candida Albicans »

Laisser un commentaire

Recevez mes meilleures Recettes CANDIDOSE