urticaire chronique alimentation naturopathie
Alimentation & Santé

Urticaire chronique : quelle alimentation pour limiter les crises ?

  •  
  •  

Si vous souffrez d’urticaire chronique, vous vous interrogez sans doute au sujet de votre alimentation : est-ce que mon alimentation est la cause de mes symptômes ? Que peut-on manger pendant les crises ? Quels aliments privilégier ?

L’alimentation peut effectivement être un facteur aggravant. En tant que naturopathe, je conseille d’adopter pendant les crises un régime restrictif afin de calmer le système immunitaire.

Ce régime doit être temporaire, le temps de travailler sur le terrain (foie, intestins et flore intestinale) et de rétablir un équilibre émotionnel propice à la guérison.

Consultez mon autre article sur le sujet "urticaire chronique & naturopathie : mes conseils"

Avant de vous décrire mes conseils alimentaires à suivre pendant les crises, faisons le point sur cette affection.

URTICAIRE CHRONIQUE : UNE REACTION ALLERGIQUE ?

La médecine allopathique estime que dans 10% des cas, l’urticaire chronique est d’origine allergique.

La première chose à faire est donc de chercher si vos crises sont déclenchées par un agent externe spécifique : certains aliments, un médicament, certaines matières de vêtements ou encore des produits cosmétiques, votre lessive…

En ce qui concerne l’alimentation, si vous avez repéré un ou quelques facteurs de déclenchement de vos crises, c’est déjà pas mal. Vous devriez donc être en mesure de diminuer vos symptômes.

VOTRE CORPS “SUR-REAGIT”

Mais bien souvent, l’urticaire chronique est « multifactoriel », en fait, votre peau sur-réagit à tout ! A certains aliments, à certains vêtements, au stress, au pollen… Si bien qu’il vous est tout simplement impossible d’éviter les crises, voire même de définir les facteurs déclenchants.

C’est comme si votre corps avait un seuil de tolérance très bas à toutes les petites agressions extérieures habituellement bien supportées par la plupart des autres individus.

Chaque élément perturbateur est vécu comme une attaque, et le système immunitaire réagit “trop” !

Dans ce cas, l’urticaire chronique n’est pas considéré comme une réaction allergique, puisqu’aucun allergène particulier n’a pu être identifié, mais en fait, vous êtes comme “allergique à tout” ! Et c’est d’ailleurs une formulation qui revient souvent lorsque les personnes s’expriment sur leur pathologie.

UN SYSTEME IMMUNITAIRE HYPERACTIF

Lorsque vous êtes en crise, le système immunitaire est à la fois débordé et hyper-actif : certains aliments normalement inoffensifs lui paraissent suspects. Il s’en prend un peu “à tout et n’importe quoi”, comme quelqu’un qui serait à la fois irrité et agité !

Pour le calmer, on va simplifier au maximum les repas, et se concentrer sur des aliments qui ne contiennent pas d’histamine et aucune protéine potentiellement allergène. Voyons ensemble comment s’y prendre.

UN REGIME RESTRICTIF … MAIS TEMPORAIRE !

Cette réforme alimentaire peut vous paraître exigeante puisqu’elle comporte pas mal de restrictions ! Cependant, gardez à l’esprit que cette affection n’est pas une fatalité, et que ce régime n’est pas censé être adopté toute votre vie !

Si vous êtes prêt dans un 2ème temps à travailler sérieusement sur votre terrain et surtout sur votre équilibre émotionnel, cette pathologie va se résorber et vous permettre ensuite de reprendre une alimentation moins stricte !

N’hésitez pas à faire appel à un naturopathe pour vous accompagner, ou à un autre praticien de santé naturelle de votre choix (médecine chinoise par exemple).

URTICAIRE CHRONIQUE : LES ALIMENTS A EVITER

Pour limiter les crises d’urticaire chronique, vous allez donc devoir « fermer les robinets » en réduisant les sources potentielles de réaction.

Il faudra donc supprimer certains aliments allergéniques et/ou riches en histamine, au moins pendant 2 mois :

  • Supprimez tous les produits laitiers, y compris de chèvre et brebis, au moins dans un premier temps. Tous les fromages fermentés sont totalement proscrits. Le beurre pourrait être toléré (à tester).
  • Supprimez le miel et produit de la ruche (propolis, gelée royale…)
  • Supprimez les oléagineux : amande, cacahuète, noix, noisettes … Vous pouvez éventuellement les consommer sous forme de lait et autres produits laitiers végétaux où ils sont peu concentrés, mais l’idéal sera de privilégier le lait de coco.
  • Limitez au maximum la consommation de céréales : surtout le blé et ses dérivés (épeautre, boulgour…), mais aussi le maïs, l’avoine. Privilégiez à la place en premier lieu les pommes de terre et les patates douces, puis les pseudo-céréales que sont le sarrasin et le quinoa, et le riz qui sera consommé 3 ou 4 fois par semaine
  • Soyez vigilant avec les fruits : suppression de la banane, fraise, kiwi, ananas. Vous pourrez consommer des fruits frais (pommes, poires) uniquement au goûter (2H avant le repas du soir), et une seule sorte à la fois.
  • Soyez vigilant avec certains légumes : évitez tomates, lentilles, haricots, petits pois, épinards
  • Soyez vigilant avec la charcuterie : évitez toutes les charcuteries (y compris le jambon)
  • Supprimez totalement le chocolat, l’alcool, le café. Vous pouvez consommer du thé vert avec modération (2 tasses par jour, pendant le petit-déjeuner et juste après le repas de midi) mais on privilégiera les infusions d’ortie ou de camomille !
  • Evitez les aliments fermentés : aliments contenant des levures (la choucroute, le pain ! ), les boissons fermentés (thé noir, kombucha, …bière totalement proscrite)
  • Certains poissons, crustacés et fruits de mer peuvent bien-sûr être à l’origine des crises : si vous pensez que cela peut être votre cas, ne consommez que des poissons blancs (à raison de 2 à 3 fois par semaine) et supplémentez-vous en oméga 3 avec l’aide d’un praticien de santé naturelle ou de votre médecin.

UNE ALIMENTATION DIGESTE

Afin d’apaiser l’emballement du système immunitaire, il va également falloir « simplifier » l’alimentation, afin qu’elle soit la plus digeste possible :

  • Faites des repas (midi et soir) les plus simples possibles, voici l’assiette parfaite : 
    • une seule sorte de féculent (pomme de terre/patate douce/riz et pates de riz/quinoa/sarrasin)
    • une seule sorte de protéines (poisson blanc, poulet, canard, porc, bœuf, œufs)
    • des légumes et crudités
  • Ajoutez un dessert si besoin (compote, yaourt végétal)
  • Au goûter, consommez une seule sorte de fruits frais.
  • Quant au petit-déjeuner, l’idéal est de manger des tartines de sarrasin (type “Pain des fleurs”) avec de la margarine Bio et éventuellement 1 œuf au plat ou à la coque si les œufs sont bien supportés.

POUR ALLER PLUS LOIN

J’espère que cet article vous a plu et vous aidera à adapter votre alimentation en cas de crise d’urticaire. Pour aller + loin, n’hésitez pas à consulter ce 2ème article sur le sujet, qui aborde les autres axes de travail en plus de l’alimentation, afin d’en finir avec cette pathologie.

Et n’hésitez pas à me laisser des commentaires si vous avez des questions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez GRATUITEMENT des idées de recettes saines, préparées en 5 MINUTES avec 5 INGREDIENTS